DBO Design

DBO DESIGN

Content Reactor 3.0

Test de Thelia

Rédigé par dbodesign Aucun commentaire
Classé dans : Webdesign Mots clés : aucun
Thelia est un CMS E commerce. Ce n'est pas le plus connu par ailleurs, mais l'ayant déjà testé dans le passé et installé un exemple pour une cliente, j'ai pu apprécier sa très grande simplicité. Il constitue une bonne l'alternative à de grosses machines comme Prestashop et plus encore, Magento.

Les CMS E-commerce en Septembre 2019:

Vous voulez vous lancer dans l'E-commerce (commerce en ligne, boutique virtuelle) ? Plusieurs solutions s'offrent à vous selon vos choix:
  1. Vous avez déjà un site avec des pages bien référencées:
    1. Wordpress ? > mettez en place un plugin Woocommerce ou équivalent comme WP Commerce...
    2. Drupal ? > Idem pour DrupalCommerce, Ubercart
    3. Wix ? > Square Online Store.
    4. Jimdo ? > Module interne
    5. Ecwid : A placer sur tout site existant (codage attendu !)
  2. Vous n'avez pas de site et n'en voulez pas: RedBubble, Pixels, et bien d'autres pour une gestion plus limitée (fixer les marges, etc.), ou encore les boutons et liens d'achat Paypal à mettre par ex. sur un réseau social.
  3. Vous voulez une boutique en ligne mais facile à gérer: Shopify par exemple pour un bon degré d'autonomie: Vous gérez le site, la livraison, etc. D'autres solution auto-hébergées existent comme X-Cart, ...
  4. Vous voulez votre propre E-commerce et être autonome dessus (open source):
    • Prestashop: Solution Francaise favorite: Simple et récent
    • Magento: Solution lourde mais puissante, pour gros projet
    • ZenCart: Une autre ancienne référence, comparable à Presta.
    • OpenCart: Plus simple mais moins customisable
    • OS Commerce: Le vétéran. Tech anciennes, plus de maintenance
    • Jingoshop: Un nouveau venu comparable à Presta.
    • BigCartel: Ecommerce assez simple destiné aux artistes

Thélia en Bref

Thélia est l'une de ces pépites Francophones, souvent présenté comme le nouveau Prestashop. C'est un projet déjà ancien, réalisé par la société Octolys en 2005. Thelia est passé sous licence GPL en décembre 2006 de manière à croître de manière plus rapide, et à été repris par la suite par OpenStudio en 2012, qui continue à travailler sur le projet de nos jours. Actuellement dans sa version 2.3.5 c'est un projet en évolution assez classique mais robuste, basé sur Apache, Nginx, PHP 5.5-7.2 et MySQL. Thelia a toutefois suivi les évolutions et intégré Smarty, bootstrap 3, les microdata, le préprocesseur css et beaucoup de nouvelles fonctionnalités pour plus de performance. -Derrière on retrouve les moteurs de template Smarty et Twig. -Le front-office est construit autour de Bootstrap 3 et est gérable depuis un mobile. -Toute l'architecture est modelée autour de HTML 5 et des microdata pour donner une signification plus sémantique au contenu et aux données. -Pour une meilleure maintenance, le préprocesseur CSS est utilisé pour générer une feuille de style en less ou sass. Côté back-office ce dernier est pensé encore ergonomique et fonctionnel avec un responsive design intégré au bootstrap 3, HTML 5 est entièrement personnalisable via Smarty et les options natives de Thelia. Bien qu'encore mal connu en 2012, Thélia progresse et reçoit des avis favorables dans les comparatifs, au moins en France. Les Options proposées sont: > Fonctionnalités de base d'E-commerce > Aucune limite de nombre de produits/catégories > Gestion des déclinaisons, attributs, marques, images, documents ou associations entre produits > Personnalisation par template des Factures et autres documents PDF > Multi-langues, multi-devises, et taux de change mis à jour en auto > Panier, Historique & suivi de commandes avec génération de PDF auto > Recherche multicritères de produits > Combinaisons de déclinaisons à l'infini > Editeur HTML TinyMCE pour le rédactionnel > Promotions en pourcentage ou somme fixe avec conditions d'application > Interfaçage amélioré avec plus de solutions de paiement en ligne/hors ligne > URL rewriting, Gestion des shopbots.

Installation de Thelia

Une fois le fichier de base récupéré sur la page download du site, il convient de l'envoyer sur le serveur avec votre logiciel FTP préféré. Il faut aussi créer sur le serveur une base de données. Etape 1: Une fois le dossier en place, il suffira d'appeler le fichier d'installation par défaut pour l'installation et le paramétrage (6 Etapes) On peut choisir à ce moment la langue supportée - Anglais par défaut (Fr ou Allemand). Etape 2 détaille simplement les permissions accordées sur le serveur en PHP. Si tout est au vert c'est parfait. Etape 3 est la connexion et l'installation et à la base de données. Elle doit avoir été créé au préalable comme dit plus haut. Il faut donc un nom d'hôte et de serveur, un identifiant, et un mot de passe. On laisse aussi en principe le port de connexion par défaut. Etape 4 Le cas échéant il peut y avoir d'autres bases détectées, il conviendra de choisir la bonne. Etape 5 Il s'agit de paramétrer proprement le site: Choisir l'identifiant de l'administrateur principal, son adresse mail de récupération, son mot de apsse et d'autres infos comme la langue de l'interface par défaut, l'Email de contact, et l'URL du site, si nouvelle. Etape 6 Finalisation du process (si tout va bien) en envoi sur la page d'accueil par défaut. La prochaine fois nous feront une update avec le test complet du back-office et un premier setup de quelques produits. En savoir plus & liens utiles Pour se connecter: adressedusite.fr/web/admin/ Il existe un module pour changer cette adresse par défaut. https://demo.thelia.net/admin Support: https://forum.thelia.net/

Echo Frames d'Amazon, Game changer ou gadget ?

Rédigé par dbodesign Aucun commentaire
Classé dans : Réalité Mixte Mots clés : aucun
La révélation du lancement à titre de prototype, des lunettes connectées Echo Frames a surpris la presse, dans la mesure où la marque de Bezos n'avait jamais rien dévoilé auparavant sur le sujet. Le modèle dispose d’un micro, mais pas de caméra, donc son interactivité est singulièrement réduite, à celle d'un auxiliaire de maison comme Echo Show, le concurrent de Google Home dans la catégorie des "smart speakers". La Gamme echo s'étend simplement à des lunettes, accessoire portable, plutôt qu'à un device en place fixe. Quel intérêt, alors, d’opter pour ces lunettes plutôt que des écouteurs ou une bague ou une smartwatch interactive ? Les porteurs des lunettes pourront certes choisir des verres à leur vue. Pour le reste de la population qui ne porte pas de lunettes, Amazon aura peut-être plus de difficultés à convaincre de l’utilité de porter des smart glasses, surtout sans l'interactivité visuelle, un des atouts majeurs à la base du fonctionnement de la réalité augmentée et mixte. Overdose de lunettes connectées ? Il semble étrange de lancer un tel produit alors que ce genre de matériel, déjà proposé par d'autres marques, n'a pour l'instant pas fait de percée auprès du grand public. En effet en cette fin d'année 2019, Google, Facebook, Amazon et Apple rivalisent en annonces et effets de communication autour de futurs produits. Google est un vétéran de ce domaine, avec une offre entreprise bien rodée en concurrence directe avec Microsoft Hololens. Vu son prix et le manque de contenu proposé au grand public (créé sur mesure pour des applications pro), le géant de Cupertino est pour l'instant peu disert sur son modèle "grand public" très attendu depuis 2014. Facebook est derrière Oculus, mais n'a pour l'instant rien lancé, peaufinant un produit en réalité augmentée uniquement visible pour l'instant au travers de quelques dépôts de brevets. Mark Zuckerberg affirme que ses futures lunettes seront stylées, à l'image de son alliance avec Luxottica, le fabricant Italien des Ray-Ban. Que'elles seront probablement mixtes (AR/VR) de manière a basculer en mode réalité virtuelle en full opacité notamment pour accéder a son réseau social en VR. En outre la marque développe son propre assistant vocal. La date limite pour la sortie évoquée est tardive, 2025, mais l'idée est pour la firme aux pouces bleus de faire l'impasse sur un éventuel smartphone et passer directement à l'étape de lunettes connectées qui pourraient le remplacer. RDV dans quatre ans donc. Quand à Apple, c'est le secret le plus total, comme à l'accoutumée. La stratégie de ce dernier vise à créer un produit qui serait un levier d’adoption universel des services pour Apple. Apple a renforcé sont expertise en rachetant huit start-up spécialisées et investi massivement depuis deux ans. Donc que vient donc faire Amazon "dans cette galère" ? Ces premières lunettes intelligentes sont équipées d’Alexa, en relation avec le micro. D'une part la technologie est moins complexe et risquée que de s'attaquer à la vue, et sans doute d'expérimenter sur le terrain commercial sans prendre le risque de long développements, peut-être à l'image de Snapchat et de ses malheureuses SnapGlass, un produit de niche actuellement à sa version 3 sans vraiment rencontrer le succès. Expert en «dark patterns» tout comme ses concurrents, Amazon se dote maintenant d'un premier produit pour mieux cerner ses utilisateurs grâce à la foule de data qui seront collectés. Ce prolongement d'Alexa, l’assistant virtuel d’Amazon sorti en 2014 et ne permettant au début que 13 fonctionnalités différentes (jouer de la musique, écouter la radio, contrôler la domotique, les objets connectés, faire ses courses, gérer son calendrier, météo et news...) a en quatre ans augmenté les possibilités, proposant de nouvelles intégrations et de nouveaux partenariats. Auxiliaire domotique fixe, il est donc logique que ce portage soit une prochaine étape. En effet, on peut parler vu sa richesse d'un véritable écosystème, un OS qui ne dit pas son nom. Or, la firme de Seattle a raté son entrée dans les systèmes mobiles. Certes, Alexa est présent dans des enceintes Bluetooth et des systèmes audio maintenant proposées par quelques marques automobiles, mais son Fire Phone a été un échec commercial. De leur côté Google Assistant et Siri se sont implantés sur les smartphones. L'étape suivante est donc une extension de l'écosystème Echo en outdoor par un moyen ou un autre. Le nouveau produit (Frames) vient donc en complément de deux autres produits connectés, Echo Buds, rival des AirPods d’Apple, et la bague connectée Echo Loop, pour l'instant un prototype. L'ambition avouée est d'aller encore plus loin dans l'adoption d'Alexa en domotique, vers la mobilité, mais aussi d'instaurer quelques garde-fous par rapport à la vie privée, notamment de déterminer les fois ou Alexa "sors de son silence" et intervient sans sollicitation, de masque la caméra, ou bloquer l'écoute dans certains cas... Amazon a été en tout cas convié à travailler sur un projet de règlementation de l’usage décrié de technologies de reconnaissance faciale, déjà en pointe en Asie. Notons que la firme est juge et partie, commercialisant déjà via AWS son produit Rekognition, notamment aux états et grandes compagnies privées. En savoir plus & Sources: https://www.frenchweb.fr/decode-pourquoi-les-gafa-sobstinent-a-lancer-des-lunettes-connectees/379058 https://www.frenchweb.fr/decode-amazon-va-vous-ecouter-de-plus-en-plus/377257 https://www.cnet.com/how-to/amazon-echo-frames-heres-what-you-didnt-know-about-amazons-new-smart-glasses/ https://www.theverge.com/2019/9/25/20883892/amazon-echo-frames-smart-glasses-features-specs-alexa
Fil RSS des articles